SNDA
Société Nationale pour la Défense des Animaux
"Au coeur de la dignité humaine, se trouve aussi la justice envers les animaux."
ACCUEIL OPINIONS CONTACTS LIENS

> L'ASSOCIATION

> THEMES

> CAMPAGNES

> ARCHIVES

> CHRONIQUES


A LA UNE

Participation de la SNDA à la campagne "ALERTE", contre l’extension du centre de primatologie de Niederhausbergen, près de Strasbourg. Pétition à signer d’urgence.

12
34
56

NON à l’extension du centre de primatologie de Strasbourg.
NON à la détention de 1600 singes.

affiche extension primates

En partenariat avec PROANIMA, ETHIC SCIENCE et LSCV (Ligue Suisse Contre la Vivisection), la SNDA se mobilise contre cet “élevage” de lémuriens, tamarins, macaques et ouistitis). Doubler sa capacité de 800 à 1600 individus est aberrant aux plans écologique, médical, scientifique, économique et éthique.

Créé en 1978, sous le nom de Centre de Primatologie (CdP) de Strasbourg, aujourd’hui géré par la plateforme Silabe, il est l'un des plus importants centres de détention de primates en Europe, regroupant une douzaine d’espèces différentes. Les uns vivent en groupes dans des parcs extérieurs ; ils sont destinés à des études comportementales menées par des équipes de biologistes et éthologues du monde entier. Les autres sont enfermés dans des cages avec petites courettes extérieures qui leur servent de lieu de vie. Le sort de ces derniers est encore moins enviable : ils sont destinés aux labos d’expérimentation d’entreprises.

Nous demandons que les millions prévus pour l’extension du CdP soient engagés dans le développement de nouvelles méthodes de recherche, éthiques et pertinentes pour la santé publique.

Parallèlement à cette action, un tract ALERTE de 6 pages très complet a été distribué à plusieurs milliers d'exemplaires le 2 mai dernier, lors des journées Portes Ouvertes du Parlement Européen. Vous pouvez le télécharger ci-dessous ou demander des exemplaires au secrétariat de la SNDA, au 01 44 75 37 65.

> Lien vers le PDF du tract

Vous pouvez agir

Signez la pétition en ligne ou téléchargez-la sur l’un des sites partenaires.

> La pétition en PDF

Marche pour la fermeture de l’élevage de 1600 singes de Niederhausbergen, le samedi 16 mai 2015 à 14 heures, place Kléber à Strasbourg. En partance de Paris, l’association ANIMALSACE et l’association L214 organisent un voyage en car (aller et retour). Pour plus de détails : voir le site de PROANIMA (actualités point 3).

Lien vers les sites partenaires :

- PROANIMA http://www.proanima.fr/actualites-debut-de-notre-campagne-alerte_150.html

- LSCV (Ligue Suisse Contre la Vivisection) http://www.lscv.ch/

- ETHICSCIENCE http://co97474.wix.com/ethicscience

- Ecrivez à vos élus en joignant une copie de l'article paru dans "Télérama" (photo ci-dessous), tiré à plus de 600 000 exemplaires. Vous pouvez la télécharger en cliquant sur ce lien :

article telerama

 

Journal Dynamique 2014-2015

dynamique 2015

Le nouveau journal Dynamique est sorti, des exemplaires papier sont disponibles à la demande.

 

Je suis Charlie

En hommage aux morts victimes des barbares.

> Site de CRAC Europe

 

Contre la corrida Soutenons Jean-Pierre Garrigues

> Voir la pétition de la Convention Vie et Nature (CVN)

Manifestation de soutien : le 13 décembre 2014 à 14h, Place Joachim du Bellay, 75001 Paris.

 

Nouveau reportage-photo et compte-rendu de la brigade vétérinaire au Paraguay

Pour la deuxième année consécutive, le projet de brigade vétérinaire dans les quartiers défavorisés de la capitale du Paraguay (Asunción) a pu être mené à bien grâce à l’association paraguayenne Adoptame aidée par des étudiants de l’association Baylène de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, et grâce à la SNDA.

> Voir le reportage-photo

> Lire le compte-rendu

 

Manifestation pour la fermeture de l’élevage de Visons d’Emagny

A Besançon, samedi 11 octobre 2014 à partir de midi, place de la mairie. Manifestation organisée par l’association Combactive et soutenue par la SNDA.

Détail de la manifestation : www.combactive.fr/emagny/

Détail sur l’élevage d’Emagny : www.emagny-elevage-visons.fr

 

Des nouvelles de la mission Baylène de 2014 : inondations dans la ville d’Asunción

La mission va être quelque peut différente de l'an dernier, car le Paraguay fait actuellement face à des inondations historiques, notamment dans de nombreux quartiers de la capitale d’Asunción. Notre action devrait donc inclure du sauvetage d'animaux de zones inondées, mais en visant toujours l'objectif des 500 castrations. Ci-dessus quelques photos qui montrent la situation.

 

Trois urgences

1 - La SNDA vient en aide au refuge OAZA de l’association Respectons en Serbie

Plus d'infos en cliquant ici.

2 - Guadeloupe : massacres de chiens et chats

Réorientation des fonds publics pour la mise en place d'un programme de stérilisation massive sur l'ile.

Pour signer la pétition cliquez ici.

3 - Wonderpoule a besoin de vous

Signez la pétition de la PMAF : Dites STOP aux œufs de batterie dans la mayonnaise. http://petition.pmaf.org/p/benedicta/?canal=sitePMAF&utm_campaign=petition2013

 

Au secours des chiens et chats errants du Paraguay

Pour 2014, la SNDA renouvelle son soutien financier à Baylène  (l’association humanitaire de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse :

Lien : baylene.wix.com/projet-paraguay#!lequipe-et-nos-partenaire/citr)

Nous sommes heureux de vous présenter la nouvelle équipe qui partira cet été comme l’été dernier au Paraguay pour capturer, stériliser, déparasiter des animaux errants dans les quartiers défavorisés d’Asunción et de son agglomération et par la même occasion sensibiliser la population.

Comme l’an passé, nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’évolution de cette mission (voir sur notre site dans la rubrique « campagnes » Paraguay pour la mission de 2013)

 

Lutte contre la tauromachie

La SNDA a participé au financement des affiches lors de la manifestation à Alès du 31 mai 2014 organisée par le CRAC europe (www.anticorrida.com)

 

Le Conseil Constitutionnel a jugé que l’exception tolérant la corrida dans les régions à tradition locale ininterrompue était compatible avec la loi française car « ces pratiques ne portent pas atteinte à des droits constitutionnels protégés ».

corrida

Si cette décision est cohérente avec les critères retenus par le Conseil Constitutionnel, elle ne prend pas en compte l’aspect éthique du sujet Il est des traditions qui honorent un pays et d’autres qui le déshonorent. Le progrès moral d’une société repose sur la faculté laissée aux citoyens de remettre en cause des traditions qui engendrent des injustices génératrices de souffrances morales, psychologiques et ou physiques.

Malgré sa pratique pluriséculaire, le recours à la « question » comme rouage essentiel du système judiciaire, a été aboli.

Aucun pays civilisé n’oserait défendre l’esclavage sous prétexte qu’il s’agit d’une coutume pluriséculaire, et les pays qui le tolèrent encore sur leur territoire se le voient reprocher par les instances internationales alors qu’il s’agit chez eux de « leur coutume ininterrompue ». Le bandage des pieds des Chinoises a perduré pendant des siècles et les pieds bandés ont fait l’objet de maints éloges poétiques. Ces pieds affreux à voir nus étaient cachés par de merveilleuses chaussures. La loi a finit par interdire la pratique et à sanctionner sévèrement les contrevenants des campagnes à priori hostiles à toute innovation venant des autorités centrales.

L’Inquisition, autre tradition séculaire a elle aussi disparu petit à petit, mais son abolition a laissé des nostalgiques tel le marquis de Villabianca qui regrettait en ces termes le nécessaire effacement des emblèmes de l’Inquisition sur la façade des palais : « Croix, fleurs de lys, épées et oliviers ; plus ne comptez, désormais n’êtes plus rien », pas un mot pour les victimes, au point de subtiliser comme souvenir un reste d’un condamné à mort…

Peut-être tout ceci semble n’avoir rien à voir avec les courses de taureaux car toutes ces traditions ont disparu avec le temps. Mais si les temps ont changé, si ces traditions ont été abolies, c’est parce que des hommes et des femmes ont lutté pou dénoncer les mœurs en vigueur à leur époque dès lors que ces traditions leur semblaient injustes. Quel que soit le pays, les injustices ont été dénoncées par des pionniers, quelle que soit l’époque, à contre courant des mœurs en vigueur ; jusqu’au moment ou le message a pu être compris, entendu par les gouvernants.

Baisse des fréquentations des arènes en Espagne

Entre 2007 et 2010, le nombre de corridas a baissé de 37 %. Et si en 2006 la chaine de télévision RTVE a renoncé à la retransmission des corridas, la raison en a été d’une part la baisse d’audience et d’autre part les droits de retransmission excessifs. Aujourd’hui certains défenseurs des corridas crient victoire parce que RTVE retransmet à nouveau les corridas, mais c’est aussi peut-être parce qu’il n’y a plus de droits de retransmission à payer… (Source : le Parisien du 06/09/2012)


Chroniques de la campagne

LOLA

LOLA

"...assis dans la boucle de sa queue"
Jules Renard

Mon nom est LOLA mais ma maîtresse aime aussi m'appeler Lolote, Lolita ou princesse ronron. Si cela lui fait plaisir, moi ça m'importe peu ! Je les trouve bizarres, ces humains, avec leurs sobriquets. Je laisse courir et préfère roupiller dans mon coussin avec Samba. Roupiller, c'est vite dit ! Souvent on me réveille pour une raison ou pour une autre. Qu'est-ce qu'elle a encore à me parler, ma maîtresse ? Non j'ai pas faim, j'irai tout à l'heure. "Y'a pas le feu aux poudres", comme on dit. Ce qu'elle est collante avec ses croquettes ! Je sais qu'elle m'adore mais ne peut-elle pas s'occuper un peu de mes sœurs ? Hein ? Qu'est-ce qu'elle raconte ? Oui j'ai vu ma pâtée dans le bol. Oh là là, c'est vraiment une glue cette femme ! J'en ai marre. Allez, je me lève et vais faire un tour. Samba, tu m'accompagnes ? J'ai envie de jouer avec le soleil et les ombres qui se poursuivent de mont en mont. Tiens, les hirondelles sont revenues et virevoltent au-dessus du toit de la grange. Attends qu'il y en ait une qui rase la route pour me narguer et je saute sur elle. On est en mars, c'est ça ? Tout commence à croître et verdir dans la campagne. Les beaux jours sont devant. Super ! Alors, tu veux pas venir, Samba ? Tant pis, je descends seule au bord de la rivière et poserai mes fesses sur la souche mouillée de sève que je considère comme ma propriété. De ce point de vue, je contemple les étendues d'eaux plates qui luisent dans les champs. C'est beau. Les jours grandissent, maintenant. Des feux de feuilles mortes s'élèvent sur le flanc des pentes. Oui, c'est beau. Je suis une vraie auvergnate qui connaît bien son pays. Où est le bouleau pour faire mes griffes ? Ah, le voilà ! Plus gris que blanc après l'hiver. L'herbe pousse autour de lui et monte en foin vert. Délicieux, ce parfum de terre sèche. Bon, je rebrousse chemin, ma maîtresse va finir par s'inquiéter. Je remonte au hameau. A contre-cœur mais je remonte. Elle va encore me saouler de paroles. Elle parle, elle parle, me dit que je suis devenue un des personnages du roman qu'elle écrit. Elle aurait quand même pu me demander mon avis. Je les trouve bizarres, ces humains. J'espère qu'au moins elle aura respecté les confidences que je lui ai faites. Je me méfie, moi, des écrivains. Le Jules Renard n'a pas hésité à voler nos personnalités avec ses "histoires naturelles".
Oui, je suis rentrée. Oui, je t'aime. Pas possible, une vraie glue !

Mars 2015
Danielle Chevalier
Villejaleix
03420 St-Fargeol

©Société Nationale pour la Défense des Animaux - Webdesign par DRIVSTER.fr